Ouvrir le menu

Retranscription des échanges concernant le giratoire de Hamme-Mille qui ont eu lieu lors du conseil communal du 9 novembre 2020.

Publié le 16 novembre 2020
Rédigé par 
Locale Écolo

Voici la retranscription des échanges concernant le giratoire de Hamme-Mille qui ont eu lieu lors du conseil communal du 9 novembre 2020. Écolo n’est pas contre le giratoire. Écolo est pour que cela se fasse rapidement. Écolo voudrait que l’intérêt des habitants de Hamme-Mille et de la commune soit prise en compte et que la construction du giratoire soit une opportunité pour améliorer la cohérence entre les quartiers du village de Hamme-Mille, et la sécurité pour tous. Vous trouverez aussi dans cet article le point de vue d’écolo sur les échanges.

 

Retranscription des échanges au Conseil Communal du 9 novembre.

Jérôme : Nous avons eu accès au dossier et celui-ci ne permet pas de comprendre le rapport entre le projet et le contexte dans lequel le projet va être implanté, d’autant que le contexte est amené à évoluer avec le projet « Ludaphar » et le projet « cœur de village ». Nous ne comprenons pas la cohérence entre ces différents projets. Pourrait-on avoir une présentation et l’avis de la majorité sur le projet de rond-point à Hamme-Mille qui a été introduit par la région ?

Madame la Bourgmestre : il s’agit bien d’un projet régional qui ne relève pas de la compétence communale. C’est plutôt incompréhensible, on se demande pourquoi on n’a pas la main mais c’est comme ça. Ce dossier est traité par la fonctionnaire déléguée en partenariat avec le SPW infrastructures mobilité qui gère le dossier. Nous avons reçu une copie et un plan uniquement pour enquête publique. Cette démarche est obligatoire vu qu’il s’agit d’un dossier d’utilité publique qui aurait pu se passer d’enquête publique. C’est la Commune qui a insisté pour qu’il y en ait une. Tous ceux qui veulent avoir l’information peuvent l’avoir en demandant le dossier à l’administration communale. En ce qui concerne la position du collège, le collège en général ne se prononce pas sur un dossier en cours et dans ce cas l’enquête publique est toujours en cours. Nous enverrons toutes les remarques à la fonctionnaire déléguée et si un grand nombre de citoyens demandait une présentation du dossier je pourrais relayer la demande à la fonctionnaire déléguée.

J’entends que tu dis qu’il n’y a pas de connexion claire avec les autres projets nous en sommes bien conscient et c’est pour ça que des réunions auront lieu après pour veiller à ce que tous les projets aient une cohérence entre eux.

Jérôme : j’entends et je te remercie pour tes réponses. Cependant, nous comprenons que la région a introduit un permis qui concerne ses compétences, c’est-à-dire l’utilisation des voies nationales pour un trafic national, c’est bien normal qu’elle gère au mieux le trafic sur son réseau. Cependant, ce projet a une application pour l’ensemble de la commune, pour Hamme-Mille qui est la porte d’entrée de notre village. Nous ne désirons pas une présentation de la région. Pour ce qui est de l’utilisation de la voirie nationale, nous comprenons bien le dossier. En revanche, nous voudrions que la majorité nous explique l’impact de ce projet sur la vie de nos villages.

Nous sommes aussi étonnés d’entendre que l’on va distribuer des permis aux uns et aux autres et qu’ensuite il faudra organiser des réunions pour coordonner les projets. Pourquoi les réunions n’ont-elles pas eu lieu avant afin de coordonner les projets dans l’intérêt des habitants de la commune ?

Madame la Bourgmestre : ce sont des projets distincts. Le projet cœur de village est un projet que nous avons initié il y a trois ou quatre ans et qui est peut-être remis en question dans son état. Les habitants de Hamme-Mille entendent parler de ce rond-point depuis une trentaine d’années au moins. Il y a l’opportunité de faire ce rond-point maintenant, c’est tout. Il faut trouver le bon moment, dans les prochaines semaines, pour se mettre autour de la table et recréer une unité entre les projets. On n’en est pas loin, parce que, à part peut-être la rue Goemans, qui pourrait peut-être poser question, le reste est assez cohérent. Il y a quelques années, il y a eu des études du SPW qui avaient occasionné quelques difficultés. Tout ça va amener à une réflexion dans les prochaines semaines.

Jérôme : je voudrais donner un exemple. Entre la gare des bus et l’école Caritas, le projet prévoit de créer une piste cyclable en sens unique. On comprend bien qu’il est possible de circuler en sécurité à vélo depuis la gare des bus jusqu’à l’école Caritas et même dans la partie sud de la commune via la piste cyclable en double sens, mais nous ne comprenons pas comment le trajet pourra se faire en sécurité pour les cyclistes dans l’autre sens. Il y a manifestement des éléments qui manquent. Pas des éléments qui concernent la nationale, mais l’utilisation du projet par les habitants de Hamme-Mille et de la commune en général. Ceci est un exemple mais il y en a d’autres. Il est difficile pour les citoyens de réagir sur ce projet sans avoir tous les éléments utiles pour en comprendre toutes les implications. I

Madame la Bourgmestre : Justement, ça fait partie de l’enquête publique, autant poser des questions précises et claires, et vous obtiendrez des réponses quand le SPW en aura pris connaissance.

 

Voici le point de vue écolo sur l’échange de ce lundi. (hors conseil)

  1. Nous sommes d’avis que le dossier tel que présenté ne permet pas aux habitants de la commune de comprendre toutes les dimensions de ce projet et ses implications sur la mobilité des résidents, et donc de réagir en connaissance de cause lors de l’enquête publique. Nous entendons que l’enquête publique a été initiée à la demande de la commune. Cependant, il est dommage que la commune n’ait pas exposé tous les éléments en sa possession afin de permettre à tout un chacun de comprendre le contexte dans lequel s’inscrit ce projet.
  2. Etant donné que ce n’est pas l’autorité communale qui va délivrer le permis, il n’y a aucune raison pour la majorité de ne pas s’exprimer sur les éléments du dossier et d’expliquer à la population son point de vue. La région propose un aménagement de la voirie régionale pour sa fonction de transit national. La commune doit assumer son rôle de défense des intérêts des habitants de Hamme-Mille et des environs en faisant valoir les aménagements nécessaires pour faciliter la mobilité dans toutes ses dimensions et pour s’assurer que l’infrastructure réponde aux besoins quotidiens des habitants. Contact pris avec la région, nous avons eu confirmation qu’ils étaient ouverts à des demandes de la commune mais que comme ils n’en avaient pas reçu, ils ont reproduit le dossier de 2015 tel quel.
  3. Pour nous, il est indispensable de coordonner les différents projets touchant le centre d’Hamme-Mille en y intégrant les objectifs de la commune en matière de sécurité routière, de répartition du trafic, de fluidification du trafic, d’implantation d’un réseau de mobilité douce complet, sécurisé et performant avant de distribuer les permis. Cela évitera de se trouver dans une situation où des intérêts particuliers l’emporteraient sur l’intérêt commun. Cela permet aussi d’éviter des modifications coûteuses a posteriori qui risquent d’entraîner une situation de travaux permanents afin de modifier des infrastructures qui auraient pu être dès le départ pensées dans l’intérêt des habitants de la commune en général et de Hamme-Mille en particulier.
  4. Nous sommes évidemment conscients que ce projet de rond-point est prévu depuis des décennies et nous comprenons l’impatience de le voir réaliser. Mais avoir attendu un rond-point pendant 30 ans et subir un mauvais aménagement pendant 50 n’a aucun intérêt. Prenons le temps d’intégrer à ce projet tous les éléments nécessaires pour les habitants de la commune afin de profiter pleinement de l’infrastructure pendant les années à venir.
  5. Dire que l’enquête publique est mise en place afin que les habitants puissent poser leurs questions au SPW, qui prendra ensuite le temps d’y répondre, est vraiment étonnant. L’enquête publique est une étape importante qui permet à l’autorité de prendre sa décision en connaissance des avis des usagers et des riverains. C’est pour cette raison, que les informations à disposition des habitants doivent être claires, faciles d’accès, et complètes. Sans cela, l’enquête publique ne peut jouer son rôle et la participation des citoyens ne peut s’exercer comme la Loi le prévoit.
  6. Au moins deux dimensions posent question dans le dossier qui a été présenté :

– la mobilité douce. Même si certains éléments sont repris dans le projet qui nous est présenté, on remarque un déséquilibre au profit du tout à la voiture, qu’il sera impossible pour les usagers faibles de circuler sur l’entièreté du territoire de Hamme-Mille en sécurité.

– la cohésion entre les deux parties de Hamme-Mille de part et d’autre de la chaussée. Imposer des morceaux de bermes centrales entre les deux ronds-points pour empêcher les automobilistes de faire un demi-tour va accentuer la séparation entre les deux parties du village.

À notre avis, le projet tel que présenté ne tient pas compte de la création d’une nouvelle voirie communale entre la rue des Messes et la chaussée de Louvain. L’intégration de cet élément rendrait possible la mise en sens unique de la rue Goemans permettant d’apporter des solutions à nos questions et une meilleure coordination entre le projet de giratoire, le projet « cœur de village » et le projet « Ludaphar ».