23 décembre 2013

Publié le lundi 6 janvier 2014

Conseil communal du 23-12-2013.

Avant le conseil communal se déroulait la réunion conjointe annuelle conseil communal, conseil de l’aide sociale pour la présentation des synergies entre la commune et le cpas :
Les locaux et le matériel sont communs, de même que les locaux de l’ALE, ce qui n’est pas sans poser de problème avec la Région Wallonne. Les tâches du personnel communal et de celui du cpas sont idéalement réparties, de maière à ce que chaque service intervienne là où il est le plus compétent. Diverses actions sont passées en revue en mettant en évidence les interventions de chaque service. Petite parenthèse, le président du cpas assistait au Collège Communal depuis 1995, 12 ans avant l’obligation légale.
En conclusion, le bourgmestre reconnaît que pour une commune comme la nôtre, avec un petit cpas, c’est plus simple que pour d’autres. Et il remercie la secrétaire du cpas pour la rédaction du rapport.

Les conseillers du conseil de l’aide sociale quittent la table, certains restent dans le public, et le Conseil communal peut commencer.

Les 4 premiers points sont des retours de délibération de la tutelle.

Le décompte final des travaux du Vieux Chemin de Louvain s’avère très compliqué, du fait de l’intervention de 3 services différents.

L’encaisse de la trésorerie communale n’a jamais été aussi basse.

Le décompte final des travaux de réfection d’un muret rue Isaac est établi, ce qui évitera un arrêt de travail avec dédommagements financiers de l’entreprise principale qui avait essayé de surestimer le coût de ces travaux.

Les trottoirs de la rue de Beauvechain entre la rue Leeman et le carrefour avec la rue de la Liberté vont être réaménagés. Le bureau d’étude va être désigné.

Un don pour les sinistrés philippins sera fait sur le budget ordinaire, relations nord-sud.

Les comptes 2012 du cpas sont approuvés.

Il fallait remplacer Natascha Rahir au CCA, à la COPALOC et à la CLDR. C’est Siska qui s’y colle.

Après le conseil, ecolo avait demandé à pouvoir faire une interpellation et poser une question.
L’interpellation est devenue une question, même si l’interpellation est reconnue par la Région, elle est toujours non admise au règlement d’ordre intérieur de la commune.
La question de Siska Garremyn concerne le conseil communal des aînés :
Lors de sa séance du 29 avril 2013, sur proposition du groupe ecolo, le conseil communal a marqué son accord de principe sur la constitution d’un Conseil Consultatif Communal des Ainés (CCCA) au sein de la Commune de Beauvechain. Ce projet a été lié au plan de cohésion sociale 2014-2019.
Où en sont les démarches en ce sens, notamment auprès de la Coordination des Associations de Seniors.

Le dossier suit son cours, le plan de cohésion sociale a été accepté moyennant quelques modifications et précisions. En attendant l’aménagement de la salle dans le bâtiment « couleur café », la nouvelle maison de village de Nodebais va pouvoir accueillir des seniors. La mise en place du conseil devrait suivre.

L’intervention-question de Pierre François concerne la police : La presse a relaté récemment (L’Avenir – 6 décembre 2013) un projet de partenariat de prévention entre la police et les conseillers de police, porté par Mr Christian Pévenage, chef de corps de la zone de police des Ardennes brabançonnes. Le groupe ecolo souhaite avoir une transparence totale sur ce sujet. Il demande donc aux conseillers de police désignés par le conseil communal de nous expliquer clairement ce projet et les avantages que le citoyen pourraient en retirer. Ecolo demande également une explication sur les propos du Bourgmestre dans la presse pour ce qui concerne l’implication de tous les membres du conseil communal dans ce partenariat, même ceux qui ne sont pas au Conseil de Police et à l’exclusion des membres du Collège. Dans sa réponse, le bourgmestre semble quelque peu circonspect par rapport à la proposition du chef de police, mettant en avant le risque de délation, de stigmatisation de personnes ou de groupes. Pour lui, la convention ne peut concerner que des quartiers limités, bien définis. Pierre voudrait savoir si ces partenariats sont définis par la loi et si le conseil aura des explications du chef de corps de police avant toute mise en œuvre.

Pour terminer, à une question de C. Snaps, qui s’étonnait de ne pas voir le budget à l’ordre du jour, le bourgmestre a avoué que les problèmes de santé de la receveuse, dont le titre à changé (Directrice financière), n’ont pas permis de le terminer, mais un conseil communal est prévu le 6 janvier 2014, ce qui permettra de déposer le budget à la tutelle avant le 15 janvier.