Urbanisme

Publié le mercredi 23 avril 2014

Urbanisme

Notre constat : Un Règlement Communal d’urbanisme (RCU) inadéquat !

Le Règlement Communal d’urbanisme, tel qu’il existe aujourd’hui doit être révisé car il défavorise les propriétaires qui ont un petit terrain de moins de 20 ares. Ce règlement les empêche de diviser une maison devenue trop grande pour y accueillir un aîné, un jeune ménage, un célibataire. Il empêche aussi les personnes qui, sans avoir un grand terrain, possèdent un espace déjà bâti (meunerie, hangar, grange) de le transformer en logement.

Les prescriptions trop rigides à l’utilisation des matériaux de construction freinent la rénovation du bâti. Ceci oblige bien des propriétaires à laisser leurs bâtiments se dégrader, faute de pouvoir les réaffecter. Or ces bâtiments ont une valeur patrimoniale intéressante, donnant au village son caractère et rappelant son passé.

Permettre le réaménagement contrôlé de ces espaces apporte une solution à l’accroissement de la population, aux besoins de logements pour les revenus plus modestes, les jeunes et les ainés.

La révision du RCU a bien des avantages :

- Elle permet aux jeunes et aux aînés de rester dans le village ;
- Elle donne accès au logement à des personnes qui ont de petits revenus ;
- Elle préserve le patrimoine déjà bâti ;
- Elle préserve le paysage et le sol non bâti.

Nous voulons donc :
- permettre la division des grandes maisons en plus petits logements ;
- valoriser le patrimoine existant (meunerie, hangar, grange) en le transformant en habitations ;
- valoriser les parcelles en centre urbain avant les parcelles périphériques (au bord des champs) ;
- préserver au maximum les terres à utilisation agricole, or vert d’aujourd’hui et plus encore de demain.

Nous voulons aussi :

- mieux isoler les bâtiments de la commune, les logements sociaux et choisir des matériaux de construction moins polluants ;
- permettre une architecture plus audacieuse, plus contemporaine ;
- encourager l’utilisation du bois comme matériau de façade ;
- sauvegarder des voiries à typologie rurale (rue en pavé …) ;
- réfléchir sur l’implantation des logements dans les chemins creux afin d’apporter des réponses plus satisfaisantes et spécifiques à cette problématique.